Πέμπτη, 10 Φεβρουαρίου 2011

BRATISLAVA. MARCHE EN VILLE.

Après trois jours de marche à Budapest, nous avons commencé le quatrième jour le matin pour notre prochaine destination Bratislava. Après avoir arrangé nos choses dans la voiture nous avons fixé au GPS notre prochain étape, la capitale de la Slovaquie. Un trajet approximativement d'une heure sans retardements aux frontières puisque la seule chose qui rappelle les bords du pays est les anciennes stations frontalières presque abandonnées! À la première station-service de la Slovaquie l’achat de la carte de péages (la VINIETTA) pour les voitures avec des plaques d’immatriculation étrangères est obligatoire, cette carte a une durée de 7 jours et coûte seulement 5 Euros, pour des kilomètres illimités dans le pays. Attention aux infractions en route les agents de police attendent et n'excusent pas même l'ignorance des visiteurs étrangers, les amendes sont payées sur place. Ils sont trop sévères avec l’usage de l’alcool, quelle que soit la détection au sang, elle est accompagnée par des peines les plus lourdes. Parmi les plus nouvelles métropoles d'Europe, Bratislava unit parfaitement hier avec aujourd'hui.
 À l'ancienne ville nostalgique, des maisons luxueuses au sud de la rivière de Danube, des palais et des châteaux coexistent harmonieusement avec des ensembles gigantesques de l'époque'' du socialisme existant'' avec certains des musées les plus importants de la Slovaquie, mais aussi de la surabondance de bars qui sont inondés par des étudiants.
Même à l'ombre de Vienne, la ville est fournie ces dernières années en tant que destination alternative d'intérêt particulier. Le guide touristique Lonely Planet a adopté la phrase » off the beaten track » en tant qu'un de ses slogans et il soutient que les destinations qui n'ont pas été encore découvertes par les touristes sont aussi les plus stupéfiants - ceux qu’il vaut la peine de les visiter. La capitale de la Slovaquie est de ces lieux qui ne te conquièrent pas immédiatement. Au premier coup d'œil elle ressemble neutre, habituelle, peut-être ennuyeuse. Sa beauté dissimulée est révélée aux yeux de l'observateur attentif, de ce qui dispose assez de temps pour
la découvrir. La première chose qui attire l'attention est, sûrement, l'ancienne ville et le château qui s'élève au-dessus de celle-ci. Construit le 10e siècle AC, détruit d'un feu en 1811 et renouvelé en 1953, le château est le plus populaire monument de la ville -sa vue magique qui, lorsque l'atmosphère est propre, arrive jusqu'à Vienne, laquelle s'abstient à peine une heure, constitue pôle principal d'attraction de visiteurs. Au château aujourd'hui sont accueillies des manifestations principalement culturelles.
Mes chers routards rêvez !Une vue étonnante de la ville offre le café - restaurant qui se trouve au-dessus du nouveau pont de Danube - connu comme UFO Tower, en raison de sa forme, qui ressemble à un disque volant, à montant de 80 mètres au-dessus de fleuve. Les marches que vous devez monter pour le visiter sont 430, pour les moins résistants aux mésaventures il y a aussi un ascenseur, à l’autre » pied » de cette tour spécifique. Les pavés de l'ancienne ville se prêtent pour des balades infinies, tant pendant la durée du jour que la nuit. Des œuvres d'art vous pouvez rencontrer aussi dehors les musées qui ne sont bien sûr pas peu. Chacun de ceux-ci constitue une petite surprise : Comme Napoléon qui incline à un banc pour se reposer, le paparatsi qui vous photographie, caché derrière le coin de la route, ou l'ouvrier dissimulé qui émerge souriant de l'égout, à une pause de son travail.
À l'ancienne ville, sous la tour de Michel saint, qui est aussi la plus ancienne des entrées de la ville qui sont sauvées, se trouve » le point zéro » de la ville, d'où sont comptées les distances kilométriques avec les autres capitales du monde. En regardant à l'aspect du sud de la boussole recherchée qui est dessinée au sol, nous découvrons qu'Athènes s'abstient 1886 kilomètres. À la place centrale de l'ancienne ville se trouve la statue de Maximilian le deuxième, connu et en tant que Sir Roland, qui, conformément à la légende, une fois par an, à minuit, se tourne autour de son axe, phénomène vu seulement des vierges. Vous devez aussi voir le Théâtre National, au bord de la ville, dont la construction a été accomplie en 1886, et qui accueille aujourd’hui des présentations d’opéra et de ballet. Finalement, le palais présidentiel attire l’admiration avec ses jardins magnifiques, la cathédrale de saint Martin, datée de XIVe siècle, et le monument Slavin, qui mesure
39,5 mètres au-dessus de la cimetière de 6845 militaires de l’armée soviétique qui ont été tués à la libération de Bratislava des Allemands
Pendant la seconde guerre mondiale.
Bien que Bratislava paraisse tranquille, elle est très animée la nuit. Les meilleurs endroits sont cachés en banlieue de l’ancienne ville et vous devez être aidés des habitants pour les découvrir.
La plupart des clubs sont souterrains, et les plus populaires sont les pubs. Je vous propose de visiter Slovak Pub 62, rue de Obchodna, pour goûter à la cuisine traditionnelle de Slovaquie, à la bière locale et rencontrer toute la jeunesse de la ville tout en essayant de comprendre la chanson dans une ambiance extrêmement joyeuse.
Pour des saveurs traditionnelles :
La cuisine de Slovaquie n’est pas connue mais elle est magnifique, notamment si vous êtes des amateurs de la cuisine ‘lourde’ et de la viande fumée et elle ressemble à la cuisine tchèque. Les knedlicky tchèques s’appellent halusky en Slovaquie. Vous devez aussi goûter à la soupe kapustnika à la so smotanu, une sorte de crème fraîche, qui est un remédient à la bouche du voyageur. La diversité des bières est abondante et, selon moi, la meilleure est Topvar qui va avec un plat de grilovane bravcove koleno (du gigot de porc). De très bons bières aussi : Zlaty bazant et ziimbovica. N’oubliez pas de goûter leur rafraîchissement national de jus des raisins « le Vinea « c’est délicieux.
Certains des plus beaux endroits pour connaître la cuisine du pays sont les restaurants Traja musketieri 7, rue Sladkovicova et Straroslovenska krema 14-16, rue Michalska dans l’ancienne ville et naturellement la pub Slovak qu’on a déjà annoncée. Une autre pub fantastique c’est « The Dubliner » rue Sedlerska Ulika. Si finalement vous trouvez que la cuisine slovaque ne va pas avec vos goûts, à Bratislava vous aurez la possibilité de fréquenter à des restaurants qui offrent des plats internationaux comme des plats tchèques, hongrois, chinois, italiens et … grecs.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου